Ces 7 madeleines de Proust qu’on adore.

par Louise

Pour finir cette superbe semaine sur le thème de l’enfance, on vous a dégoté 7 petites madeleines de Proust qui nous ramènent dans le passé aussi vite qu’une machine à voyager dans le temps…

… bon voyage.

Regarder un bon Disney.

Regarder Arte c’est bien, matter un Disney, c’est mieux !

Prendre un bol de Banania.

Le banania c’est la boisson de notre enfance. A essayer d’urgence les jours de coup de blues.

Ne rien faire de son mercredi.

Bah oui, le mercredi y’a pas école !

Allo maman bobo.

Appeler sa maman à son chevet quand on est très malade, pour qu’elle nous prépare sa purée spéciale. Tellement régressif !

L’odeur de la colle Cléopatre.

Une bonne odeur d’amande qui nous renvoie directement sur les bancs de l’école.

Décorer son sapin de Noël.

On adorait le faire quand on était petit, on aime toujours autant. La magie de Noël, c’est un peu ça aussi.

 La salopette.

C’est son grand retour dans nos placards, mais il faut avouer que, quand on la porte, on a tout de suite l’impression qu’on va aller jouer aux billes.

Et vous, quelle est votre petite madeleine de Proust ?

Aucun commentaire

Mot-clés : , , , , , , , , , , , , , , ,

Tendance ridicool !

par Kim

RIDICOOL

On vous avait décrypté la tendance il y a quelques semaines, puis on a décidé d’y succomber ! Ah, la mode…

Semaine regressive oblige, on a dégainé nos plus belles parures post-adolescentes pour décoincer un peu nos looks rive gauche.

Vous êtes prévenues : autant la semaine dernière on l’a joué effortless, autant aujourd’hui on y va à fond !

Bambi, Batman et autres accessoires réfléchissants… Bienvenue dans notre univers ridicool !

IMG_3678

La version preppy de Kim

IMG_3769

Ô joie ! Enfin l’occasion pour moi de vous montrer mon sweat préféré : ambiance ssshebam ! Pow ! Wiiiiz !

Comment ça, on ne peut pas s’amuser avec un look preppy ? Pour rappel à l’origine, c’est la mode inspirée des sages petits élèves britanniques… Alors il suffit tout simplement d’en reprendre les codes et on les casse avec des couleurs vives et des imprimés décalés !

IMG_3791

L’éternel chemiser boutonné jusqu’au col, oui… Mais à rayures roses et blanches !

C’est le détail girly qui tranche avec cette tenue certes fun, mais très boyish (sweat + jean + baskets).

IMG_3786

Quitte à s’éclater un peu sur ce streetstyle, c’était aussi l’occasion ou jamais de ressortir mes lunettes miroir bleutées ! Le reflet coloré, ça fait toujours son petit effet.

Une tendance qu’on a adopté l’été dernier mais qu’on ne se lasse pas de porter.

IMG_3782

Pas de prise de tête en baskets : une bonne paire de Van’s fait son affaire et apporte un peu de gaîté sur le bitume.

Trêve de sérieux : place aujourd’hui au preppy funky !

IMG_3774@2x

Chemisier : Forever21

Sweat Batman : Asos

Jean : Oasis

Baskets : Vans

Lunettes : Zara

IMG_3746

 Le look rock’n'lol de Louise

IMG_3761

 Pour moi qui prend toujours un goûter à 25ans, c’était un peu l’occasion rêvée d’associer mes habitudes alimentaires à mon look. En ce moment, avec ce beau soleil, on a envie de se replonger dans notre enfance, sauter à la marelle ou avoir les vacances de Pâques.

Tout de blanc et de couleurs pastels vêtue, je suis prête pour l’aventure…

IMG_3754

Pour un vrai look ridicool, il est tout de même impératif d’opté pour un imprimé Disney ou Comics. Personnelement je suis une grande fan des films merveilleux de Walt Disney . Alors quand j’ai vu ce petit débardeur à l’éphigie de Bambi, je n’ai pas pu résister.

J’ai assorti au t-shirt une veste vert d’eau, pour rappeller le fond de l’imprimé Bambi.

IMG_3764

Niveau chaussures, j’ai joué la carte du fun avec des escarpins métallisés. Pas facile pour fouler le pavé mais tellement peu conventionnels que je ne pouvait que m’en emparer.

Ils commencent un peu à se craqueler sur les cotés mais c’est un petit trésor que j’ai ramener dans mes valises de Londres, alors autant vous dire que j’y tiens !

IMG_3749

Evidemment, il me fallait un petit sac à dos pour cacher mes Pépitos !

Qui aurait pu penser que mon syndrome de Peter Pan fut autant ancré ?

IMG_3755

Veste : Vintage

T -shirt : Paul&Joe Sister x Disney

Jean : Zara

Escarpin : River Island

Sac : Claire’s

Lunette : Ray Ban

Aucun commentaire

Mot-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

A-t-on encore le droit d’aimer Disney passé 25 ans ?

par Louise

Vous avez fait de la résistance face à l’arrivée du lecteur DVD car votre collection de Disney allait être obsolète. Vous êtes anti-fourrure depuis que vous avez vu Rox et Rouky ? Ou encore, vous avez fait le test « Quelle princesse de Disney es-tu ? » sur Facebook ?

Est-ce bien normal d’aimer autant les films d’animation de chez Disney alors que notre première ride d’expression pointe le bout de son nez ?

Après tout, ce n’est pas la première fois que vous vous surprenez à chanter à tue-tête « ce rêveuuuuuuh bleuuuuuh » avec vos copines, lors de vos petites soirées entre filles.

Chez Do It, on vous fait déculpabiliser du DVD !

Le fantasme de la princesse

Si nous aimons autant les films de Disney comme Aladdin, Ariel la petite Sirène, Cendrillon ou plus récemment Raiponce, c’est tout simplement pour leurs princesses. Depuis petites, les filles s’acharnent à essayer de ressembler à leurs idoles de contes animés. On se costume gamine, on joue les histoires d’amour dramatiques pendant notre adolescence, et une fois adulte, on voudrait s’acheter des vêtements de princesse et trouver notre prince.

La belle histoire d’amour

Dans les belles histoires de Disney, l’amour triomphe toujours et l’héroïne finit par trouver l’homme idéal qui l’aimera toute sa vie. Du coup, nous aussi on veut un happy end façon « il se marièrent, eurent beaucoup d’enfants et furent heureux pour toujours » !

Et comme on n’arrive pas forcement à se dégoter un prince dans la vraie vie, quoi de plus légitime que de le retrouver sur grand écran ?

Un retour enfance

Il faut se l’avouer, quand on regarde un Disney, on se sent un peu comme une petite fille de 8 ans, totalement émerveillée par la magie des contes, des dragons et sorcières.

Surtout quand on visionne nos classiques préférés comme : La Belle au Bois Dormant, Blanche Neige ou La Belle et la Bête.

Disney, c’est souvent moins cher qu’un lifting !

 

Des thèmes pour adultes

Ce qu’il est très important de retenir, c’est que les films de Disney ne sont pas qu’un ramassis de rêves réalisés pour faire plaisir aux enfants et faire payer les parents.

À tous ceux qui vous diront que vous n’avez plus l’âge, vous pourrez leur répondre que les dessins animés du géant américain sont avant tout un reflet très édulcoré des réalités sociales actuelles (et toc !).

Par exemple :

Dans Le Bossu de Notre Dame, il est question de rejet social face à un amour entre deux mixités sociales, de déviance perverse (avec le personnage de Frollo) et évidemment de tolérance face à la différence.

Dans Mulan, le thème principal est la recherche d’identité, une femme veut devenir un homme pour protéger les siens.

Dans La Belle et la Bête, on peut se demander s’il n’est pas en réalité question du syndrome de Stockholm. La Belle tombant amoureuse de son ravisseur.

Dans Le Roi Lion, c’est un peu l’histoire de William Shakespeare « Hamlet » que l’on retrouve.

Bref, les Disney, c’est sérieux et c’est surement plus pour les adultes que pour les enfants (ou pas)! Alors la prochaine fois que l’on critiquera vos soirées DVD, vous saurez comment leur fermer le caquet.

Et vous, quel est votre Disney préféré ? 

5 Commentaires

Mot-clés : , , , , , , , , , , ,

Les séries culte de la Do It team

par Kim

Cette semaine, on fait un petit bond dans le temps pour se remémorer nos folles années de jeunesse…

Il n’y a pas que les créateurs et les néo-hipsters qui ont le monopole du kitsch !

Chez Do It aussi, on aime ces doux moments de nostalgie. C’est pourquoi on vous invite à vous replonger avec nous dans ces séries cultes dont on sera éternellement fans !

Attention, ça ne nous rajeunit pas tout ça…

Faites pas genre, on sait que vous aussi vous étiez prostrés devant la Trilogie du Samedi quand vous étiez privés de sortie le samedi !

Si aujourd’hui on continue de passer des heures carrées devant nos petits écrans et qu’on est toujours hystériques quand vient le générique de fin, on aime à penser que nos goûts ont quelque peu évolué… Mais replonger dans ces vieux feuilletons, c’est notre plaisir coupable et assumé !

Les Gossip Girls et autres Carrie Bradshaw n’ont rien inventé : avant de baver sur les tenues hors de prix des héroïnes des feuilletons nouvelle génération, on pâlissait d’envie devant les silhouettes fuselées des filles de Beverly Hills, alors même qu’on en était encore à rembourrer nos soutifs avec du coton à démaquiller.

Mieux encore, à l’époque on se disait que pour être cool, il fallait être décalée, à défaut d’être la bombasse du lycée. La faute au Prince de Bel Air, son humour déjanté et ses tenues psyché qui nous manquaient de nous filer une crise d’épilepsie à chaque épisode !

Pour le meilleur comme pour le pire, le style à couper au couteau de nos héros nous inspirait !

Pendant qu’on se coltinait un sourire arc-en-ciel avec les bagues multicolores sur nos appareils dentaires, on caressait le doux espoir de partir étudier au bout du monde, du côté de l’Australie pour rejoindre les beaux gosses surfeurs d’Hartley Coeur à Vif

… Enfin, on rêvait éveillées tout court ! Le fantastique avait la part belle pour dynamiter un quotidien à base d’interros de maths et de cours d’anglais. On aurait bien troqué notre frangine contre Prue de Charmed, notre nounou contre Samantha la Sorcière Bien-Aimée, la maison de campagne familiale à Meaux contre un pied-à-terre à Roswell

Oui, à l’époque, tout nous semblait possible, nous étions jeunes et insouciantes… On croyait qu’on pouvait avoir un super pouvoir magique comme Sabrina l’apprenti-sorcière une soeur jumelle cachée comme dans Sister Sister !

Celle qu’on a le plus enviée à la rédac’, c’est incontestablement Buffy, qui nous a laissé croire pendant des années qu’un jour, nous aussi on aurait un amour impossible avec un vampire maléfique mais à croquer ; que nous aussi, on serait invincible et sexy ; que nous aussi, on pourrait porter des signes religieux ostentatoires pour parfaire notre look gothique chic !

Ah, ces souvenirs de jeunesse… Ils ont le don de nous rappeler que nous ne changerons décidément jamais ! Car aujourd’hui encore, on récite par coeur les répliques de Friends, on se relaxe devant un bon vieil épisode d’Amicalement vôtre, et on se marre devant les mimiques de Steve Urkel !

Alors pour se rassurer, on se dit que c’est toujours mieux de s’imaginer avec la crinière immaculée de Kalheessi dans Game of Thrones, intouchable comme Franck Underwood dans House of Cards ou qu’à nous aussi, il nous irait bien, le chapeau de Walter White (Breaking Bad).

Et vous alors ? Quelles étaient vos séries culte ? Dites-nous tout !

Aucun commentaire

Mot-clés : , , , , , , , , , , , , , ,

Quand les créateurs retombent en enfance…

par Louise

La mode en mode KID !

Et si la mode arrêtait d’être sérieuse pour retomber en enfance le temps de lécher un berlingo ?

La mode est une chose sérieuse, mais dans ce monde impitoyable où la créativité doit être à son apogée saison après saison, il arrive aux créateurs de prendre un petit break enchanté.

Souvenez-vous, en 2012 c’est le grand Monsieur Louboutin qui avait chaussé Cendrillon. Une paire de souliers de princesse entièrement designée par le créateur en l’honneur de la soubrette la plus célèbre du monde.

En mars 2013, c’est le directeur artistique de la Maison Lanvin qui s’était essayé à l’exercice, en faisant de notre Minnie mondiale, la plus hype des fashionistas. Une souris lookée par Albert Elbaz, ça avait de la gueule.

Sans oublier le superbe pull Givenchy de l’hiver 2013-2014, avec notre tête de cerf préférée un poil coupée. La mode est parfois très cruelle.

Défilé Givenchy Automne/Hiver 2013-2014

Et en 2014, que nous réserve la mode pour nous emmener dans le monde merveilleux du rêve et des princesses ?

On révise ses classiques !

 En 2014, c’est la célèbre marque anglaise Paul&Joe s’accoquine avec les héros de Bambi. Un Panpan par-ci, un Bambi par là, sopoudrez le tout de petits oiseaux et vous avez l’équation gagnante.

Collection Paul&Joe Sister x Disney, Printemps/Eté 2014. 

Flashback dans les teen years également, avec la dernière collection de la Maison Rodarte.

100% anti-boring puisque la marque nous ressort les héros de notre adolescence avec Luke Skywalker ou Yoda. Vous l’aurez compris, c’est la saga Star Wars (la vraie, pas la nouvelle) qui squatte les robes de soirées en mousseline. Amazing!

Rodarte, collection Automne/Hiver 2014-2015.

La mode est dans l’assiette !

Qui n’a jamais piqué un petit caprice le dimanche pour se faire un Happy Meal chez Mac Do’ ? Il semblerait que ces souvenirs soient également partagés par Jeremy Scott, le nouveau D.A. loufoque de chez Moschino. Un américain of course !

Le Happy Meal, la nouvelle madeleine de Proust ?

Le pire, c’est que le plus important dans l’histoire, c’était surtout le jouer !

Moschino, collection Automne/Hiver 2014-2015.

Après le Mac Do’, c’est au tour des céréales de nos petits déjeuners de faire leur grand retour sur nos sacs.

Tony le tigre des Frosties, le coq des Kellogg’s ou encore le petit singe Coco des Choco Pops, le créatrice de it-bag Anya Hindmarch nous donne envie de sortir notre brique de lait entier pour plonger à coeur perdu dans la tendance.

Anya Hindmarch, collection Automne/Hiver, 2014-2015.

Et dans la rue, ça marche ?

Oh que oui ! Les « style hunters » ont été servi en nostalgie. Il semblerait que toutes les fashion girls soient retombées dans le terrier du lapin le temps des collections…

Êtes-vous prêtes à remettre vos couettes ?

2 Commentaires

Mot-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

7 bonnes raisons de ne pas être « bling ».

par Louise

1. La vraie tendance c’est le Normcore…

… alors mieux vaut descendre de ses stilettos pour profiter tranquillement d’une bonne paires de chaussures ultra confort.

2. New Balance c’est moins cher que Louboutin…

… c’est notre banquier qui va être content.

3. Jouer à Paris Hilton c’est so 2006…

…et on comprend pourquoi.

4. En étant bling on a plus de chance de se retrouver maquée avec un Kanye West qu’avec un Barack Obama…

… oui, c’est méchant.

5. « Bling » est un mot gentil pour dire « vulgaire »…

… et pas un qualificatif cool pour pour parler d’un bracelet en grosses mailles en or.

6. Vous avez vraiment envie de ressembler à Rihanna dans son clip « Pour it up »?

Nous non plus.

 

 7. Mini robe + talons + make up + brushing …

… éventuellement pour sortir à L.A. mais sur les pavés parisiens on n’est pas sûr du combo.

1 Commentaire

Mot-clés : , , , , , , ,

Nos looks easy chic

par Kim

EASY-CHIC--SMALL

Le propre de la Parisienne, c’est d’être hyper stylée tout en ayant l’air d’avoir pioché les premières fringues qui pendouillaient dans notre armoire.

Les basiques, c’est le comble du chic !

Encore faut-il savoir leur donner de la personnalité tout en gardant cet aspect effortless et épuré.

Ainsi vos Do It Girls sont allées prendre la pose l’air de rien, sous les dorures magistrales des Invalides, pour vous présenter deux looks easy chic vraiment faciles !

IMG_3562


Le look preppy de Kim

IMG_3570

Marseillaise d’origine, l’élégance de la Parisienne m’a toujours plus inspirée que les cagoles en mal d’excentricités, même si ado j’ai eu ma phase très tape-à-l’oeil (casquette Von Dutch orange et tout et tout…). Rien ne sert de se tourner vers le passé hein, regardons droit devant !

Aujourd’hui, les chemisiers s’amoncellent dans ma penderie tels des uniformes du quotidien. C’est l’élément-clé d’une tenue preppy à mes yeux, comme je vous l’avais déjà dit ! Avec une chemise blanche, on ne peut jamais avoir tort : elle peut se porter de manière sérieuse comme décontractée, et est toujours, TOUJOURS, chic !

IMG_3637

Pour ce look, j’ai joué avec les codes boyish pour une silhouette simple, mais pas négligée !

Un jean oui, mais on profite de la mi-saison pour dégainer le velours, plus « précieux » que le simple denim qu’on portera de toute façon ce printemps et cet été.

IMG_3634

Pour casser le côté très (trop ?) preppy du pantalon velours, mocassins croco et veste en tweed, j’ai dégainé mon tote-bag préféré, aux imprimés léopards un poil grossiers et pas prise de tête. Easy on vous dit !

IMG_3649

J’ai une sacrée collection de lunettes de soleil (originaire de Marseille, CQFD) mais ce modèle intemporel (les fameuses Clubmaster) est à l’évidence parmi mes favoris ! La monture écailles et dorée est à la fois rétro et chic à souhait.

Tenez-vous prêtes, la semaine prochaine c’est look ridicool et j’ai sorti pour l’occasion des sunnies hautement plus funky !

IMG_3568

Chemise et jean en velours : Gap

Veste : Urban Outfitters

Cabas en toile : Gap

Mocassins vernis : Claudie Pierlot

Lunettes : Ray Ban

Le look rock de Louise

IMG_3611

Mais qui a dit qu’il ne faisait pas assez chaud pour sortir en short et sans collant ?

C’est surement mes origines normandes qui m’ont appris à ne pas avoir froid aux yeux (et aux genoux). Dès qu’il y a un rayon de soleil, j’ai tendance à m’imaginer sur une plage du sud, quitte à choper une grippe le soir venu.

Pour un look easy chic, je mise sur le short et les bottines plates inspirées des fameuses Susanna de chez Chloé. C’est à mon sens un combo rock inratable, surtout en noir. Et pour éviter de ressembler à une fan de death métal, je porte le tout avec un petit pull tout simple et une veste de smoking.

Aussi bien pour aller bosser que pour prendre un verre ou sortir le soir. Le rêve quoi !

IMG_3626

J’adore les petits détails qui font d’une pièce banale un véritable must have mode. Ici, une dentelle fine vient orner le bas de ce petit short.

Très sexy sans être vulgaire, c’est le détail chic qui tue.

IMG_3628

J’entretiens une véritable histoire d’amour avec ces lunettes depuis bientôt 10 ans.

Elles ont d’abord appartenues à mon grand-père, puis à mon père qui me les a confiées comme un petit trésor. J’aime particulièrement la barre qui passe entre les yeux. Les verres, eux, ne sont pas d’origine puisque mon frère les a mis en miettes lors d’un emprunt non autorisé. On comprend mieux pourquoi c’est moi qui en ai hérité.

IMG_3630

Pour appuyer le côté chic, rien de tel qu’un beau sac en cuir. Comme mes bottines, mon short et ma veste sont noirs, j’ai évité les camaïeux de marron.

IMG_3616

Veste, short et sac : Zara

Pull : Autre Ton

Bottines : TopShop

Lunette : Ray Ban

Vernis parme : Models Own

IMG_3526

Photos : Manon Moisy ♥

3 Commentaires

Mot-clés : , , , , , , , , ,

Qu’est ce que le Normcore ?

par Louise

« Avant, j’étais un Hipster… mais ça, c’était avant ! »

Le Hipster et sa moustache font triste-mine car leur heure de gloire touche à sa fin.

À force de passer des heures devant son placard pour assortir de manière faussement négligée sa chemise de bûcheron avec son calot et son sac à dos, le Hipster s’est fait rattraper. Rattraper par la mode et sa vision de la mode. Son but ultime était de réhabiliter le « has been » pour en faire quelque chose de mode et pointu. Mais une fois à la mode, ce n’est plus has been, et si ce n’est plus has been ce n’est plus mode. Vous me suivez ?

Heureusement, venu du fin fond des années 90, le Normcore prend la relève.

 

Que veut dire le mot « Normcore » ?

C’est le célèbre cabinet de tendance new yorkais K-Hole qui est à l’origine de l’appellation Normcore. Mélange des mots « normal » et « hardcore », la synthèse voudrait dire « terriblement normal ».

Réel concept engagé ?

Le principe de ce « concept arty » sorti tout droit de sous la tignasse d’un hipster au nez fin, est que la mode est trop aseptisée. À force d’être à la pointe, nous en perdons notre identité propre. Le vêtement reflète notre appartenance à un groupe, la personnalité et les goûts sont relayés au second plan.

Si vous voulez être ami avec un Hipster, vous devez être vêtu comme un Hipster et ce, sans forcément adhérer totalement au concept. On n’aime plus une personne pour ce qu’elle est, mais pour ce qu’elle porte.

« Avant, nous naissions dans une communauté et devions chercher notre individualité. Maintenant, nous naissons avec notre individualité mais devons trouver une communauté. »

Le Normcore serait donc une réaction anti-mode. La libre expression de la personnalité et de l’individualisme à travers le choix d’un no style total.   

 

Quand le bas de gamme devient hype.

Céline a voulu aller faire son shopping chez Tati, Chloé a piqué les tongs de Philippe Lucas et Karl Lagarfeld a fait ouvrir un Auchan dans le Grand Palais ! La beaufitude est en marche et elle est Hype.

Nous aussi on veut porter des t-shirts taille unique, des bananes pour mettre notre porte-feuille, jouer à la belotte, faire ses courses dans un hyper Champion et aller au camping au mois d’Août pour déguster un pastis autour d’une pétanque ! Si seulement notre tonton Guy savait qu’il est branchouille !

 

Les icônes Normcore ? 

Les nerd, les vrais. Ceux qui n’ont aucune idée de ce qui est mode. Ils achètent des vêtements parce que c’est pratique et qu’on ne peut pas aller au bureau tout nu. Les baskets New Balance sont un basique de leur garde-robe, mais on vous parle de l’ancien modèle tout gris et avec le N gris. Pas des belles sneakers fluos ou lie de vin que vous venez d’acheter.

On pense donc à Steve Jobs ses baskets NB et ses cols roulés, Mark Zuckerberg et ses claquettes de piscine, Samuel L. Jackson et sa casquette/béret/canvas Kangol… bref, que des icônes casual pas chic.

 

En résumé le Normcore : plus t’es normal, plus t’es stylé !

Les « must-phrases » des Normcores : 

« Les Nike c’est pour courir »

« Tu ressembles à un pécheur avec ta barbe »

« Ouasi mais c’est pratique »

« Pourquoi tu gardes ton bonnet ? »

 

Et vous, pensez-vous que le Normcore soit l’avenir de la mode ?

1 Commentaire

Mot-clés : , , , , , , , ,

Tattoo en toute simplicité

par Kim

On vous imagine déjà froncer le sourcil, l’air hagard : Do It ? Tatouage ?

Non Messieurs Dames, le tattoo n’est pas seulement réservé aux hipsters à la barbe savamment négligée.

Rive gauche aussi, une Do It Girl a l’encre dans la peau !

Et pour cause : la tendance est aux tatouages fins et discrets. Rassurez-vous, on est loin des Hell’s Angels aux bras repeints de têtes de morts ou des poupées Kawaï aux tattoos colorés à l’effigie d’héroïnes Disney.

Le diction de la semaine sur le blog : less is more!

IMG_3316

Quelques jours avant la Journée de la Parisienne, j’ai poussé les portes de l’Encrerie pour me faire tatouer ce joli petit hashtag au creux du bras. Ça avait beau être mon troisième tatouage, rebelotte : florilège d’interrogations sordides de la part de mes proches (et moins proches)

« Tu vas dans un endroit clean, hein ? »

« Ca doit faire hyper mal, non ? »

« T’as pas peur de regretter ? »

IMG_2872

Alors premièrement, dès lors que le salon est recommandé par Monsieur Tattoorialist, c’est qu’a priori, je ne repartirai pas avec l’hépatite C.

Deuxièmement, non, ça ne fait pas mal. Rien d’insupportable si vous misez sur une zone sans os en-dessous du tattoo.

Troisièmement, NON JE N’AI PAS PEUR DE REGRETTER. Au contraire, ma démarche dans un tatouage, c’est justement ne jamais oublier ; qu’un souvenir reste ancré !

IMG_2876

Je garde ici pour moi la réelle signification de ce tatouage (car il y en a une), mais toujours reste-t-il que je trouvais sympa de partager cette expérience avec vous puisque c’est moi qui vous parle sur les réseaux sociaux de Do It. Hashtag connectée toute la journée… et désormais à vie à creux du coude !

Ça a donc été un plaisir de me faire tatouer par Léo, le fameux Walter Hego dont l’Instagram est la plus belle carte de visite. Il a cofondé l’Encrerie et vous reçoit au café du coin pour discuter du projet, avant de vous accueillir dans cet endroit surprenant qui s’apparente plus à un cabinet de curiosités qu’à un salon de tatouage.

IMG_2882

Testé et approuvé par votre Do It Girl tatouée !

L’Encrerie

11, rue Lacharrière

75011 Paris

IMG_3340

Et vous alors, qu’est-ce que vous pensez du tatouage ?

Horreur, malheur ?

Vous hésitez ?

Vous ne pouvez plus vous arrêter ?

Racontez-nous !

Aucun commentaire

Mot-clés : , , , , , , , ,

La tendance effortless !

par Louise

Et si Steve Jobs, David Schwimmer (F.R.I.E.N.D.S) ou Billy Cristal avaient tout compris ?

Et oui, car maintenant, être à la pointe de la mode n’est plus une affaire de sacs griffés ou de looks extravagants. Pour retenir l’oeil averti des « style hunters », il faut une dégaine naturelle, légèrement has been, discrète et vintage. Une girl next door quoi !

Tout ça à la fois ? Oui ! En gros, habillez-vous comme votre tonton René dans les années 90 et vous aurez tout bon !

Mais chez Do It, on ne prend que le meilleur. Hors de question d’adopter un look trop pointu. Nous on préfère laisser notre style de Parisienne épuré plutôt que d’aller faire les fripes de Clignancourt et tout ça pour être tendance.

Une look effortless de Parisienne clés en main, c’est par ici.

Le chic effortless : des coupes impeccables.

Sans faire d’éffort dans l’assortiement de ses vêtements c’est parfaitement possible d’avoir un ensemble au top. Mais pour un look réussi à tous les coups, il faut miser sur des coupes impeccables. Des lignes épurées et presque architecturales, façon Carven ou Céline.

Le détail effortless chic : les sneakers ou les chaussures de piscine !!!

On craque pour le col roulé.

Comme le big boss de chez Apple, on craque pour la simplicité des cols roulés.

Le point ultra effortless et stylé : les cheveux négligemment laissés dans le pull.

Tshirt, jean, chaussures plates, le trio gagnant.

Bingo ! Plus la peine de s’engoncer dans des chemises, de rentrer le ventre dans des robes moulantes ou de se prendre la tête pendant des heures avec un maquillage appuyé. L’effortless c’est le nouveau bling.

Un t-shirt, un jean, une paire d’espadrille, un manteau coupe droite et hop ! Les cheveux sècheront dehors.

3 Commentaires

Mot-clés : , , , , , , , , , , , , , , , , ,